Il a été découvert que les anticorps neutralisants produits après le vaccin COVID-19 BNT162b2 activaient la cascade du complément

Dans une étude récente publiée dans le bioRxiv*serveur de préimpression, les chercheurs ont étudié la liaison du composant 1q (C1q) du complément et l’activation ultérieure du complément en neutralisant les anticorps (nAbs) produits après la vaccination contre la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19).

Étude : L’IgG anti-SARS-Cov-2 S-RBD formé après la vaccination BNT162b2 peut se lier à C1q et activer le complément. Crédit d’image : CROCODILE/Shutterstock

L’activation de la cascade du complément fournit une réponse immunitaire protectrice contre l’infection par le coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS-CoV-2). Cependant, s’il est activé de manière aberrante, il entraîne une détérioration chez les patients présentant des symptômes graves. Certains des anticorps produits après la vaccination se lient au domaine de liaison au récepteur (RBD) de la protéine de pointe (S) du SRAS-CoV-2, appelée nAbs.

Le fragment cristallisable (Fc) des nAb peut interagir avec les récepteurs Fc présents sur les cellules immunitaires et avec les molécules de reconnaissance du système du complément, telles que C1q, qui activent la voie classique du complément. Cependant, le niveau de liaison C1q et l’activation du complément peuvent varier entre les nAb.

À propos de l’étude

Dans la présente étude, les chercheurs ont recruté des participants qui avaient reçu leur première, deuxième ou dose de rappel du vaccin BBIBP-CorV ou BNT162b2 entre juillet 2021 et mars 2022.

L’équipe a divisé les individus des groupes vaccinés et non vaccinés en deux groupes. Avant le prélèvement de l’échantillon, 22 personnes non vaccinées étaient négatives pour la transcriptase inverse-polymérase en chaîne (RT-PCR) et 13 étaient positives.

Parmi les personnes vaccinées qui ont reçu le vaccin BNT162b2 à base d’acide ribonucléique messager (ARNm), 29 ont reçu une dose unique de vaccin (groupe 1DP) et 27 ont reçu deux doses (2DP). De même, 21 personnes ont reçu une dose unique du vaccin BBIBP-CorV (1DS) et 24 ont reçu deux doses (2DS). Les 15 personnes vaccinées restantes avaient reçu une troisième dose de rappel (3D).

Pour chaque participant des groupes test et témoin, l’équipe a enregistré les données suivantes : âge, sexe, taille, poids, date de vaccination, type/dose de vaccin et événements indésirables post-vaccination. L’équipe a collecté des échantillons dans de simples tubes de prélèvement sanguin avec un séparateur de gel pour évaluer la liaison C1q et l’activation ultérieure du complément par les anticorps anti-RBD produits après la vaccination. Pour la quantification relative des immunoglobulines G (IgG) et des anticorps IgM, les chercheurs ont effectué un dosage immuno-enzymatique (ELISA). De plus, ils ont effectué un test ELISA pour quantifier les molécules de reconnaissance C1q et C5b-9.

L’équipe a ajouté 100 µl d’une solution de sérum à 1 % dans une solution saline tamponnée au phosphate (PBS) avec 0,1 % de PBST dans des plaques revêtues de SARS-CoV-2 S RBD à 96 puits et incubées pendant 90 minutes à 37 °C alors que les puits témoins n’avaient que PBST. Après incubation, les plaques ont été lavées trois fois avec du PBST et bloquées avec 120 pl de tampon de blocage pendant 30 min à 37°C.

Les plaques ont ensuite été incubées avec des anticorps polyclonaux IgG anti-humains de lapin conjugués à la peroxydase de raifort (HRP) à une concentration de 1: 2000 dans un tampon de blocage à 4 ° C pendant la nuit pour la mesure des IgG et des IgM.

Mientras que para la medición de C1q y C5b-9, los pocillos se lavaron tres veces con PBST, luego se incubaron con anticuerpos policlonales de conejo anti-C1q humano a una concentración de 1:500 en tampón de bloqueo a 4 °C durante la nuit.

Les chercheurs ont effectué le test de Shapiro-Wilk pour tester la distribution des données. Ils ont ensuite effectué le test Mann-Whitney U pour des comparaisons individuelles par paires entre des groupes de vaccins à dose correspondante. Ils ont également effectué le test de Kruskal-Wallis suivi du test de Dunn pour des comparaisons multiples par paires entre les groupes de vaccins. Le coefficient de corrélation non paramétrique de Spearman (rs) indique l’ampleur et la direction de la corrélation entre différentes variables de test, en considérant qu’une valeur de probabilité (p) inférieure à 0,05 est significative.

Résultats de l’étude

Le test statistique de comparaisons multiples de Dunn après le test de Kruskal-Wallis a révélé que tous les groupes, y compris 1DP, 2DP, 2DS et 3D, avaient des niveaux d’IgG anti-RBD (et C1q liés) significativement plus élevés que le groupe de contrôle.

Le niveau relatif d’IgG anti-RBD entre les groupes vaccinés BNT162b2 et BBIBP-CorV a révélé des niveaux plus élevés de C1q lié dans le groupe 1DP par rapport au groupe 1DS, ainsi que des niveaux plus élevés dans le groupe 2DP par rapport au groupe 1DS.2DS. Le groupe 2DP avait presque deux fois plus d’IgG anti-RBD que le groupe 2DS, bien que le temps écoulé depuis la dernière dose de vaccin dans les groupes 2DP et 2DS ait été de 113,4 jours et 72,46 jours, respectivement.

Les auteurs ont trouvé une corrélation significative entre le C1q lié et les IgG anti-RBD, avec rs=0,87 et p<0,0001. En particulier, la corrélation entre C1q et les IgG anti-RBD n'était pas linéaire après le temps. Le rapport C1q/anti-RBD IgG pour chaque participant des groupes vaccinés BNT162b2 et BBIBP-CorV était similaire, ce qui suggère que la quantité de C1q liée par les IgG ne différait pas de manière significative.

Les données ont indiqué que l’IgG anti-RBD formée après la vaccination avec BNT162b2 ou BBIBP-CorV était capable de se lier à C1q. En particulier, BNT162b2 a conduit à la formation de plus d’IgG anti-RBD et a ensuite lié plus de C1q.

Comme pour le C1q lié et les IgG anti-RBD, il y avait une corrélation significative entre le C1q lié et le C5b-9, avec rs = 0,9, indiquant que l’activation de la voie classique après la liaison du C1q était étroitement associée à l’activation de la voie terminale et la formation de C5b -9. De plus, les participants vaccinés avec BNT162b2 avaient une formation de C5b-9 significativement plus élevée en se liant à C1q, entraînant une activation accrue du complément. La vaccination avec une dose a confirmé l’augmentation significative des IgG anti-RBD mais pas des IgM.

conclusion

Les résultats de l’étude ont démontré que le moment de la collecte des échantillons après la vaccination avait peu ou pas d’effet sur les niveaux d’IgG anti-RBD. De plus, ces anticorps ont persisté pendant plus de six mois après un test RT-PCR positif, conformément à plusieurs rapports récents. En revanche, les taux d’IgM anti-RBD ont diminué de manière significative six mois après l’infection ; de plus, la vaccination ne les a pas provoqués comme une infection naturelle par le SRAS-CoV-2.

Les données de l’étude ont également indiqué que l’IgG anti-RBD, mais pas l’IgM, était plus importante dans l’activation du complément après la vaccination, où C5b-9 était fortement et significativement corrélé à la quantité de C1q lié, qui était fortement corrélé à la quantité d’antiRBD-IgG lié .

La manipulation de la partie Fc des anticorps monoclonaux pourrait améliorer leurs fonctions effectrices et le procédé est pertinent dans la production de vaccins. Par conséquent, cela met l’accent sur l’étude des IgG anti-SARS-CoV-2 S-RBD en présence et en l’absence de C1q et d’autres composants du complément dans les études futures.

*Nouvelles importantes

bioRxiv publie des rapports scientifiques préliminaires qui ne sont pas évalués par des pairs et ne doivent donc pas être considérés comme concluants, guider la pratique clinique ou les comportements liés à la santé, ou être traités comme des informations établies.

.

Add Comment